VIH et SIDA, mieux comprendre la différence

Le VIH et le SIDA sont trop souvent des termes qui sont confondus et mélangés. Cependant le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) et le syndrome d’immunodéficience acquise (SIDA) ne sont pas la même chose.

Lorsque l’on est atteint du VIH cela ne signifie pas que l’on a forcément contracté le SIDA, mais a contrario une personne ayant le SIDA a obligatoirement le VIH.

Pour résumer, si un individu est porteur du VIH et qu’il n’est pas pris en charge avec un traitement il sera alors un malade du SIDA.

 

Voici les différentes étapes d’évolution du VIH :

 

  • La primo-infection :
    Cette période prend en compte l’infestation de l’organisme par le virus (VIH). Il n’y a pas forcément de symptômes physiques. Le corps tente de combattre l’infection et le système immunitaire développe des anticorps. Lors de cette phase il y a un fort risque de transmission.
  • La phase asymptomatique :
    Une fois le corps contaminé par le VIH, s’en suit une étape pouvant durer des années, entre 5 et 10 ans où on ne constate aucun symptômes. Le système immunitaire s’affaiblit, le nombre de lymphocytes CD4 diminue, on dira alors que l’individu est « séropositif au VIH ». Cependant on ne parle toujours pas de syndrome d’immunodéficience acquise.
  • La phase d’accélération :
    Le système immunitaire  est de plus en plus faible et le virus s’intensifie réduisant grandement le nombre de lymphocytes CD4.
  • Le stade SIDA :
    L’individu qui était séropositif est désormais un malade du SIDA. Des maladies dites opportunistes se multiplient et font s’effondrer le système immunitaire, des cancers peuvent se développer. Sans traitement antirétroviral, ce stade peut être mortel.

 

Afin d’éviter tous risques de contamination, car il vaut mieux prévenir que guérir, protégez-vous !

 

Image associée